Concert-spectacle de Marc Galo compositeur, guitare électrique, laude avec Ben Okri, écrivain, poète et conteur, Emile Verstaeten (violon), Thomas Luks (violoncelle), Yann Lecollaire (clarinette), Sarah Murcia  (Contrebasse) et Nuno Galo (image).

Inspirée de l’épopée du Roi Gilgamesh, cette composition artistique nous plonge dans une réflexion sur la vie ou l’absence de vie après la mort. Ce travail nous invite à penser à l’impact de notre mort sur notre vie. Faut-il donc bien mourir pour mieux vivre ? Sur un concept alliant musique, image et récits collectés au fil du temps, Marc Galo nous offre là une histoire racontée à plusieurs voix et, surtout, nous invite à être le conteur de notre propre épopée.

La scène est partagée en plusieurs espaces distincts, un peu comme des « petits salons ». L’un est occupé par l’écrivain, poète et narrateur Ben Okri, l’autre par les cinq musiciens. Une projection vidéo sur scène est très discrète au début du spectacle , presque noire ; l’amplification est très légère. La musique et les textes de Ben Okri entrent en scène, se mêlent et se répondent de manière improvisée. L’ordre des morceaux est défini, Marc Galo donne le cue. La musique disparaît à certains moments, laissant toute la place aux mots. Parfois, la vidéo devient plus présente pour se faire ensuite plus discrète. De même, des voix de la rue s’introduisent à certains moments dans le spectacle. Ces voix sont le fruit d’une longue récolte auprès de tout un chacun, en rue ou ailleurs, des voix anonymes mais singulières, intimes, répondant à la question « Est-ce qu’il y a une vie après la mort ? ».

Share