Que se passe-t-il quand une partition se mue en dessin ou en œuvre d’art? Alors que la notation musicale a atteint au début du XXe siècle une précision sans précédent, certains compositeurs marchent à contresens. La partition graphique ouvre soudainement le champ d’action de l’interprète, lui laissant une liberté parfois quasi totale. Comment traduire en son une forme, une couleur, un positionnement ?

En 1959, John Cage écrit son célèbre « Aria » pour voix solo. Que la voix devienne l’instrument privilégié pour l’interprétation des œuvres graphique n’a rien d’étonnant. Cage comme les autres en a compris les infinies possibilités expressives.

Dans ce programme, Sarah Defrise explore quelques unes des plus belles partitions graphiques pour voix seule.

Œuvres de Cage, Aperghis, Berberian, Berio, Schulhoff & Giboz
Sarah Defrise, voix; Olivia Giboz, artiste

Biographie – Olivia Giboz

Biographie et photos – Sarah Defrise : www.sarah-defrise.com

PROGRAMME:

John Cage : Aria (1958)
Luciano Berio : Sequenza III (1965)
Erwin Schulhoff : Sonata Erotica (1919)
Georges Aperghis : Pub2 (2000)
Kathy Berberian : Stripsody (1966)
Olivia Giboz : Puzzle (2017), création

Share